Tik Tok, UN RÉSEAU SOCAL OÙ RÈGNE L’HYPERSEXUALISATION PRÉCOCE

Tik Tok est le réseau social favori des adolescents entre 13 et 20 ans. Cette plateforme regorge de fonctionnalités et de resources très appréciées par les jeunes utilisateurs. Cependant en plus d’être mal compris par les jeunes, l’appli s’avère être très nocive contre les jeunes aux personnalités encore fragiles.

D’après le directeur général fondateur de l’application,

TikTok est une destination mondiale de premier choix pour les vidéos mobiles en format court. Notre mission est de capturer et de présenter la créativité du monde, ses connaissances et ses moments qui comptent dans la vie quotidienne. TikTok permet à n’importe qui de devenir un créateur directement depuis son smartphone. Il s’engage à créer une communauté en encourageant ses utilisateurs à partager leurs passions et expressions créatives à travers leurs vidéos.

MAL COMPRIS PAR LES UTILISATEURS ?

Avec ses innombrables challenges funs et ses fonctionnalités de montage trop avancées un réseau social, l’appli fait le buzz chez les Ados de 13 à 20 ans. S’il s’agissait d’un réseau social inoffensif, il n’y aurait probablement pas de problème. Mais tel n’est pas le cas. Entre le mélange d’égocentrisme, de narcissisme à outrance d’un coté, l’hypersexualisation des jeunes filles et la présence d’utilisateurs malveillants de l’autre, l’utilisation de cette plateforme est sans doute une menace pour les jeunes utilisateurs aux personnalités fragiles.

L’EXHIBITION SEXUELLE PRÉCOCE DES ADOLESCENTES au Sénégal et partout ailleurs

D’abord il faut savoir que Tik Tok est déconseillé aux moins de 13 ans. N’empêche on y trouve des fillettes de 11 à 12 ans. La faute à qui ?

La phase de construction de l’identité mentale et physique de l’être humain commence à partir de 13 ans voir 14 ans. Sur Tik Tok, la majorité des utilisateurs ont entre 13 et 15 ans. Aujourd’hui, ces jeunes sont en contact avec un monde d’expression visuelle où prime la culte de la beauté du visage et physique du corps.

Tout le monde s’y met, cette plateforme ne reconnait pas la petite soeur, le petit copain ou le grand frère. Un monde où avoir de la pudeur est comme une honte. Un monde où exhiber son corps et ses formes est une course aux likes, aux partages et aux commentaires. Certaines filles pour se démarquer du lôt et gagner plus de visibilité que les autres, dansent au rythme d’un tempo en exhibant leur forme sous une robe moulante, ou un pantalon déchiré aux niveaux des zones sensibles. Plus la vidéo dégage un caractère sexuel mieux c’est.

Les commentaires récoltés sont plutôt du genre : T’es trop canon, waouh quel t’es super belle. Et tout cela finit en inbox : Ton numéro s’il vous plait c’est pour un casting de clip.

D’après quelques recherches, nous sommes tombés sur une rubrique du journal France Inter. Dans cette article, Sonia Devillers décortique le phénomène en profondeur :

Plongée dans l’esthétique corporelle d’une jeunesse totalement clonée : les cheveux longs, la poitrine très rehaussée, le t-shirt coupé sous les seins, le ventre ultra plat, nombril dénudé, les fesses rebondies, quasi le même visage à la fois lisse et mutin. C’est complètement flippant. D’autant plus dérangeant qu’elles dansent toutes de la même manière, déhanchant du petit popotin et balançant leurs seins en avant. Une gestuelle hyper-sexualisée reproduite à l’infinie par de très jeunes filles à peine adolescentes qui se copient dans le monde entier.

LE CAS DU SÉNÉGAL

Tik Tok ne permet pas au moins de 13 ans de s’inscrire, mais il est très possible de tromper l’appli en mettant une année de naissance antérieure. Une chose que les sénégalais font de mieux.
De jeunes filles en pleine phase de construction d’identité et très tôt en contact avec un monde pareil, signifie une génération confuse.

Le Cas du Sénégal est un cas à part. Comme nous avons l’habitude de le dire dans la langue Wolof :

Sénégalais ci loumou dougu mou eup

une manière de dire que le sénégalais à tendance à vite dépasser les bornes.

Nous retrouvons sur Tik Tok les humoristes de profession et les comédiens ratés, les actrices de séries télévisées et des artistes musiciens. Les objectifs de leur présence sont différents et justifié dans certains cas. Toutefois y’en a toujours certains qui ont du temps à gaspiller.

Bien maquillées et avec leurs habits sexy les genres de vidéos passent de l’humour à l’exhibition masquée, ces utilisateurs font la une des actualités sur YouTube, les stories de WhatsApp, Instagram et Facebook. Ils s’amusent à imiter les passages dans certains séries télévisées sénégalaises, à danser les nouveaux pas de danses, pendant ce temps d’autres se prennent pour des stars et chantent les paroles de musique qui font le Buzz. Parallèlement d’autres s’adonnent à l’exhibition masquée de leur corps.

LA PRUDENCE NE TUE PAS MAIS REND SAGE

GOMIS Alioune Badara

GOMIS Alioune Badara

GOMIS Alioune Badara : Digital Marketing Manager - Business Booster - Formateur j'accompagne les startups, PME dans leur stratégie de transformation digitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *